Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/07/2012

PSA Peugeot Citroën, a annoncé la fin de la production de voitures en 2014 à l’usine d’Aulnay où travaillent plus de 3 000 salariés, et un plan global de 8 000 suppressions de postes en France

 

PSA.jpg

 

 

 

 

 

 

Communiqué relatif à PSA Peugeot Citroën : « Une catastrophe pour l’emploi en Seine-Saint-Denis »

 

C’est désormais officiel, PSA Peugeot Citroën a annoncé ce matin l’arrêt de la production de son usine d’Aulnay en 2014 et la suppression de 8 000 emplois en France. La direction de PSA confirme donc la crainte légitime ces derniers mois des organisations syndicales.

 

On peut dénoncer avec force la gesticulation des hommes politiques de gauche comme droite qui ont fait croire aux  3300 personnes travaillant aujourd’hui à l’usine PSA d’Aulnay (3000 en CDI et CDD et 300 en intérim) à une issue favorable possible.

 

On peut ajouter dans cette attitude une certaine forme de cynisme face aux réalités économiques.

 

Chacun sait que contrairement à Renault, l’Etat n’est pas actionnaire de PSA.

 

En conséquence, l’Etat ne peut en rien influer sur les choix stratégiques et économiques d’un groupe industriel privé qui sont de la seule responsabilité de la famille Peugeot.

 

Enfin, ce drame social, sans précédent sur l’emploi en Seine-Saint-Denis, doit à la fois nous amener à avoir une réflexion au niveau national sur le « PRODUIRE EN FRANCE » et au niveau local, sur l’avenir du site d’Aulnay par la venue d’industries économiques alternatives.

 

Même si certains espèrent que PSA revienne sur sa décision, il nous faut dès à présent réfléchir à la reconversion du site pour limiter ce drame social et humain.

On peut penser, pour la Seine-Saint-Denis, à un développement autour de l’économie numérique, notamment le « cloud computing »*, ou l’économie verte liée au développement durable, deux pistes parmi d’autres.

*« Cloud computing » : héber­ge­ment infor­ma­tique en nuage : « data cen­ter » néces­si­tant des mil­liers de m²

 

 Edwin Legris, Billel Ouadah et Fabrice Scagni, Alliance centriste 93 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.