Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/03/2011

soutien au peuple japonais

Message de soutien au peuple japonais


Nous tenons à apporter notre soutien et exprimons toute notre sympathie au peuple japonais durement touché par les suites du tremblement de terre du 11 mars dernier.

  

Intervention de François Bayrou invité de la matinale de Canal Plus, le mercredi 16 mars.

 Le drame qui touche le Japon est "au moins aussi important que ce qu'on a vécu le 11 septembre 2001", a déclaré François Bayrou qui a expliqué :

"C'est une remise en question de toute notre manière de voir le monde, le progrès, ledéveloppement de nos pays". En effet, si dans "le pays le plus technologiquement avancé de la planète, on a le drame, le dérapage général devant lequel on se trouve, alors naturellement ça remet en question y compris notre manière de voir les choses",a-t-il ajouté.

Aujourd'hui, selon le président du Mouvement démocrate, "la réflexion doit mettre en cause le choix 100 pour cent nucléaire qui avait été celui de la France". "Il y a deux choses à faire qui sont très urgentes", a-t-il expliqué : premièrement "un test de résistance sur toutes les centrales nucléaires européennes, pas seulement françaises. Deuxièmement, un débat général sur quelle énergie nous voulons". Il faut aussi "mettre en cause les centrales les plus anciennes en France" comme celle de Fessenheim, a-t-il dit.
Quant au référendum sur le nucléaire, réclamé par les écologistes, il ne peut  intervenir "qu'au bout du chemin", a-t-il estimé prônant d'abord "une concertation qui engagera tous les acteurs français", "les scientifiques, les associations".
Le président du Modem, François Bayrou, a également estimé mercredi que le monde devait "se préparer à apporter une aide décisive au Japon si les choses tournaient mal" après la catastrophe nucléaire, notamment pour faire face à d'éventuels grands déplacements de population.

"Il me semble qu'il faut que tous les pays du monde, les pays développés, se préparent à apporter au Japon une aide décisive si les choses tournaient mal", a déclaré le député des Pyrénées-Atlantiques. Il a fait valoir qu'il pouvait y avoir de grands déplacements de population, de grandes difficultés pour la vie de tous les jours", en raison des irradiations.

Il est "très important que nous réfléchissions à la manière d'aider ce grand pays", a-t-il insisté.

 

 Le nucléaire attend une gouvernance mondiale (communiqué de Jean Arthuis Président de l'Alliance Centriste).

Les Japonais nous impressionnent par leur dignité, leur calme et leur courage face à la catastrophe. La crise nucléaire qui les affecte est devenue une nouvelle crise mondiale, pas seulement technique mais politique, une crise de confiance. Voici un thème majeur, imprévu, qui s’invite au G20 présidé par la France.

Le Conseil de Sécurité de l’ONU doit en débattre et mandater l’Agence internationale de l’énergie atomique pour procéder à une expertise transparente des événements japonais. Elle doit recevoir la compétence et les moyens requis pour évaluer chacun des 400 réacteurs en fonctionnement dans le monde.

La France, deuxième parc nucléaire du monde, derrière les Etats-Unis et devant le Japon, et l’Union européenne, dont Euratom est l’un des piliers historiques, ont le devoir d’organiser l’indispensable débat public. Les autorités nationales de sûreté nucléaire, à l’exemple de celle de la France, sont appelées à y jouer un rôle essentiel par la franchise de leur expression. Tous les risques pesant sur le nucléaire doivent être évalués, notamment le terrorisme et les maintenances sous-traitées. Enfin, le renforcement des efforts de recherche pour renforcer la sécurité des réacteurs, voire empruntée par la France avec l’EPR, constitue une priorité absolue. A l’instar de la finance, le nucléaire attend une gouvernance mondiale.

Les commentaires sont fermés.