Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2011

L'EMPLOI LOCAL ET ROLE DE L'ELU LOCAL

"La situation de l'emploi et particulièrement celle des jeunes est paradoxale à Villepinte et, d'une façon plus générale, en Seine Saint-Denis. D'un côté en effet, une population jeune et nombreuse avec une formation et des résultats qui pourraient certes être améliorés, mais n'en restent pas moins proches de la moyenne nationale. D'un autre côté, un bassin d'emplois considérable que bien des régions nous envient: que ce soit la zone des industries aéroportuaires, encore appelée à s'étendre, que des zones comme Parinor 1 ou 2, le Parc des Expositions, etc, ce sont des milliers d'emplois qui s'offrent à proximité. Moyennant quoi, notre taux de chômage, particulièrement celui des jeunes, est voisin, voire supérieur à la moyenne nationale. Cherchons l'erreur.

Nombre d'emplois locaux sont souvent remplis par des personnes qui viennent de loin: indépendamment des pertes de temps et des dommages écologiques qui résultent de temps de transports augmentés, il convient de s'interroger sur ce que l'élu peut et doit faire pour améliorer la situation. Son action peut porter vers les entreprises dans une démarche de présentation de la qualité réelle de l'offre de travail locale. Elle peut porter aussi sur l'image même de la région, dont la connotation négative ne favorise certainement pas les recrutements locaux. L'élu veillera aussi à établir des passerelles entre le monde de la demande d'emploi (jeunes, femmes, seniors, etc) et celui de l'offre. Il ne s'agit pas là d'un vain discours mais d'une action très concrète.

 L'action de l'élu peut ainsi recouvrir la formation à l'entreprise auprès des jeunes, ses règles formelles mais aussi les codes implicites qui l'animent. Elle peut recouvrir aussi pour tous la formation à la rédaction d'un CV: cela s'apprend et est d'autant plus nécessaire que sont sollicités les recruteurs. Une lettre de motivation est bien plus qu'un vague document d'accompagnement, éventuellement émaillé de fautes d'orthographe. La rédaction de celle-ci s'apprend aussi, au bénéfice commun du recruteur et du candidat. De même de l'entretien d'embauche, même si c'est aussi un jeu de rôles, qui se prépare en connaissance de cause.

 Les compétences et les disponibilités locales bénévoles pour contribuer à ces formations existent. Force est de constater les limites des structures communales actuelles qui semblent se refuser à y faire appel. Est-il pour autant meilleur exemple de ce qu'une génération peut passer à une autre ? "

 

Les commentaires sont fermés.